La (dé)Motivation des élèves en France

Entre 10 et 20 ans chacun à écouter des cours, faire des exercices, papoter en classe ou faire des contrôles c’est quand même pas mal. De quoi se forger un avis sur la question de l’éducation en France, ou du moins de son vécu par nous-mêmes et nos camarades de classe.

Prenez donc un instant pour vous rappeler de vos cours de français, puis ceux d’arts plastiques, puis ceux de mathématiques…

Y étiez-vous motivés ?

Aviez-vous envie d’apprendre la trigonométrie ? Ressentiez-vous le devoir de savoir quelles sont les figures de style ? L’utilité d’apprendre la flûte vous a-t-elle motivé à donner le meilleur de vous-même ? Le plaisir d’apprendre les dates en histoire vous a-t-il suffit à les retenir jusqu’à aujourd’hui ?

Beaucoup de questions qui obtiennent de nombreuses réponses différentes selon les personnes. S’il est un constat qui semble pourtant faire l’unanimité, c’est que peu de gens se sont sentis réellement animés par leurs apprentissages à l’école.
Oui certains aimaient les cours de mathématiques mais d’autres en sont devenus dégoûtés à vie ! Est-ce réellement inévitable ?

Alors on fait le minimum d’efforts pour avoir le maximum de points. Après tout, il suffit de survivre à un cours démotivant pendant encore quelques temps et après on pourra s’enfuir, choisir nos études puis notre boulot; faire notre vie comme on l’entend.

Si possible, la vraie vie sera plus motivante. Au pire si le “job” ne nous intéresse pas trop, le salaire suffira à nous donner la motivation de continuer pour la plupart d’entre-nous.

Sauf que les temps changent et dans le monde de l’entreprise la motivation sort de l’oubli.
Le développement effréné de nouvelles technologies multiplie les start-ups et leur survie dépend fortement de leur capacité à motiver les troupes malgré de faibles salaires.
On les accompagne alors d’une vision du futur, du bien-être au travail, de l’amour de la technologie ou encore la camaraderie et l’aventure… et ça marche !
C’est d’ailleurs tellement efficace que ces mêmes startups gardent ces innovations après avoir fait leur percée. Ainsi travailler à Google ou Facebook garantit d’avoir des locaux avec buffets à volonté, espaces de jeux, du temps libre pour élaborer de nouveaux projets sans comptes à rendre et une ambiance du tonnerre.
Si la plupart de ces entreprises y ajoutent désormais un alléchant salaire, ce n’est même pas toujours le cas. Par exemple la compagnie SpaceX sous-paye ses employés qui travaillent pourtant énormément et ceci sans trop de soucis car ils partagent tous la vision du fondateur Elon Musk pour une colonisation de la planète Mars.

Revenons sur Terre.
Ces tendances montrent que la motivation est un levier extrêmement puissant pour mobiliser des personnes et obtenir des résultats.
Comment pourrions-nous donc stimuler la motivation des élèves à l’école ?

Les objectifs de l’éducation en France ne sont pas toujours clairs, les débats concernant l’utilisation de telle technologie numérique ou bien l’enseignement de telle matière à telle année nous font oublier que si les élèves ne sont que peu motivés par leur apprentissage ils ne le retiendront pas, quel qu’il soit.
En effet, de nombreuses études montrent que les liens entre motivation et apprentissage sont forts et on ne saurait négliger nos propres experiences personnelles qui concordent plutôt bien avec ces résultats.

En ces temps de forte remise en cause des principes et méthodes de l’éducation, mêlés à l’éternel “c’était mieux avant”, à l’engouement pour les écoles alternatives, aux opportunités du numérique et à la fascination pour les découvertes des neurosciences concernant le cerveau, tout devient confus et on se mélange les pinceaux.

Pour élaborer une pensée nouvelle de l’éducation il nous faut prendre du recul et dépasser certaines oppositions stériles et mutilantes.
Les établissements scolaires sont et resteront toujours des lieux pour apprendre. A la question de “quoi apprendre ?” nous souhaitons ajouter une réflexion sur la motivation des élèves qui permettrait de concrétiser ces apprentissages.

Il est possible d’imaginer de bonnes idées mais nous devrions aussi observer ce qui existe déjà. De nombreux lieux d’apprentissage dans le monde (et sur internet) sont porteurs de philosophies et pédagogies qui ne peuvent qu’enrichir notre pensée.

Notre projet vise à en découvrir quelques uns qui sont méconnus en France, puis relier et partager leurs experiences, les recherches sur la motivation et nos points de vue encore internes au monde des élèves. Nous espérons ainsi inspirer de nouvelles manières de concevoir la motivation à l’école et donner des pistes pour permettre à chaque élève en France de s’épanouir intellectuellement et psychologiquement dans son apprentissage.